Favoriser les mobilités douces par l’animation de parcours

Le tourisme se réinvente depuis plusieurs années. Vers des modes de découvertes plus doux, moins "massifs". Pour autant, ce "slow tourisme" peut - et doit sans doute - entrer dans le XXIe siècle.
CONTACT
BONNE LECTURE

Les axes de circulation structurent les territoires. Ceux-ci sont un levier stratégique d'accessibilité pour les destinations. Or, au sortir de l’ère du tout automobile, les investissements ne se concentrent plus uniquement sur les réseaux autoroutiers mais sur les véloroutes, les axes fluviaux, les sentiers pédestres ou autres voies destinées aux mobilités douces. Les collectivités ont ainsi pour mission l’aménagement de ces itinéraires, indicateurs de leur modernité et de leur adaptation aux usages contemporains. En effet, ce type de mobilité n’est plus seulement l’apanage des sportifs de haut niveau. Au contraire, il est bien adopté par nombre de visiteurs et locaux soucieux de se déplacer plus agréablement, écologiquement et librement.

Le slow tourisme enrichi

Cette tendance s’inscrit dans celle du slow tourisme, dont la crise sanitaire a encore entériné la pertinence. Le tourisme de masse montre ses limites, à la fois en termes de modèle économique, de qualité de l’expérience et de viabilité environnementale. À l’inverse, le tourisme durable favorise une approche du voyage plus personnalisée, plus respectueuse du lieu visité et de ses habitants, réparant ainsi le clivage touristes / locaux. 

Toutefois, la création de ces itinérances douces risque de rester un vœu pieux si la proposition de valeur n’est pas enrichie. Le visiteur qui emprunte ces voies - cyclables, pédestres, fluviales, équestres - peut le faire de manière aussi automatique que s’il traversait un territoire en voiture. Or ces itinérances, en justifiant d’un temps plus long passé sur un territoire, sont l’occasion d’une découverte plus approfondie et d’une harmonisation des flux de visiteurs. Il s’agit donc de tirer profit de ce temps d’attention pour rendre l’expérience de visite mémorable : faire du parcours le moment d’une interprétation paysagère, d’une compréhension de l’histoire, de la transmission d’une mémoire, de la valorisation d’un savoir-faire...

Animer les parcours pour générer des synergies positives

Autant d’expériences qui auront le double avantage de rendre ces parcours plus attractifs et d’augmenter la satisfaction des visiteurs. Si la randonnée ou les loisirs de plein-air peuvent être la porte d’entrée d’un territoire pour certains visiteurs, l’animation des parcours permet d’attirer leur attention sur d’autres atouts, et donc de développer leur intérêt pour d’autres sites. À terme, des synergies positives se créent entre les points d’intérêt d’une destination. Enrichir les itinéraires d’un discours patrimonial, d’une dimension ludique ou d’un propos scientifique donne ainsi tout son sens et sa valeur aux mobilités douces. Il s’agit de connecter le visiteur au lieu qu’il traverse.

Pour allez plus loin

Le blog Timescope

Innovation

Un dispositif de réalité virtuelle au service de la médiation culturelle

En 2018, Timescope double son parc de bornes de réalité virtuelle. Nous installons pas moins de quatorze dispositifs de visite augmentée d’ici le mois de septembre, en partenariat avec de prestigieux musées, châteaux et monuments français.
Tourisme

Timescope primée au salon Virtuality

Timescope a remporté au salon Virtuality le prix du Meilleur Nouveau Hardware XR pour sa borne Timescope Mini. La première borne immersive en libre-service dédiée à l’indoor a su faire la différence parmi les plus grandes innovations du secteur, notamment la technologie Hololens 2 de Microsoft.
Tourisme

Timescope primée à VivaTech

Timescope a remporté ce jeudi 16 mai le Prix VivaTech décerné par la Métropole du Grand Paris. La start-up, déjà reconnue pour ses expériences de voyages dans le temps sur des lieux historiques, est ainsi saluée pour ses dispositifs d’immersion in-situ dans le futur des villes.
Tourisme

Plus de soixante bornes de réalité virtuelle déployées

En ce début d’été 2018, la société Timescope a vu son parc de dispositifs immersifs s’agrandir. Cette semaine, 12 bornes ont été inaugurées à Arras, Blois, Vendôme, Chaumont, Paris et au Blanc-Mesnil.
Culture

La ludification des expériences culturelles : une solution pour rendre le patrimoine plus attractif ?

Qu’il s’agisse du domaine éducatif, du retail, des médias et bien sûr du secteur culturel, l’engagement des participants semble la clef d’un lien personnalisé avec le public.
Culture

Favoriser les mobilités douces par l’animation de parcours

Le tourisme se réinvente depuis plusieurs années. Vers des modes de découvertes plus doux, moins "massifs". Pour autant, ce "slow tourisme" peut - et doit sans doute - entrer dans le XXIe siècle.
Innovation

Faire parler la mémoire collective pour une expérience de visite authentique

Rendre accessible le patrimoine immatériel, le récit des anciens, la mémoire collective d'un territoire, n'est pas chose aisée
Tourisme

L'expérience de tourisme augmenté pour faire revivre l'Histoire du Pays d'Artois

Un parcours touristique en réalité virtuelle se dessine dans le Pays d’Artois, avec Timescope et l’Office de Tourisme du Grand Arras.
Culture

Découvrir le quartier de l’Opéra en 1810 !

À l’occasion de la sortie du film « L’Empereur de Paris », BNP Paribas – partenaire du film – a fait appel à la société Timescope pour offrir à tous les publics une expérience exceptionnelle de voyage dans le temps qui plonge les spectateurs dans l’époque de François Vidocq.
Innovation

Culture et numérique : de l’expérience comme génératrice de curiosité

Les institutions culturelles ont toutes en commun le service de leurs publics. Qu’il s’agisse de les émerveiller ou de véhiculer un propos pédagogique, elles ont à cœur de partager ce qui fait l’unicité de leur site avec le public le plus large possible.